titre Les passagers de l'Everest - le film Les passagers de l'Everest - le livre petites complicités créations biographie contact - vitrine
 

 

 

Installation :
Vibrations du lac du Pontet

Retour

 



Réalisée et filmée pour l'exploratorium de San Fransisco dans le cadre de l'exposition "TURBULENT LANDSCAPE"

L'idée : l'éternité est elle un cercle !

...un mandala aux portes battantes ouvertes sur la perpetuité ? Une pierre dans l'eau calme, une pierre pour faire des ronds fragiles, et laisser vibrer le monde qui se mire. Retrouvez dans l'agitation des ondes le chemin circulaire, eternel, des étoiles.

L'oeuvre : cables métallique 300 m. - 2 pieux - 10 mousquetons - 1 tire-fort
1 bateau - 50 kilogrammes de calcaire
Photographie : Pascal Kober, Les écrits de Jean-Michel Asselin, vidéoscope Patrice Aubertel, numérisateur : Daniel Brun, participation de Pierre Arnaud SRG Meylan, imprimé dans les usines TOBAGO.

Commentaires :
J'avais depuis longtemps l'idée de créer des ondes circulaires sur la surface globale d'un lac. le cercle parfait n'existe pas dans la nature, à l'exception du soleil et de la lune, et ... du coeur de ceraines fleurs.
Pour réaliser cette installation, je devrais tendre un cable d'acier au-dessus du lac et y attacher de lourdes pierres. Alos, je pouvais tendre le cable et, une fois l'eau redevenue calme, la couper.
Ce ne fut pas sans difficulté. le cable mesurait deux cent cinquante mètres. Il était lourd et pouvait endommager le canoe et me faire sombrer au fond du lac... d'un mètre de profondeur.
Patrice, le cameraman, Pascal, le photographe, Cécile, et Alain, guide de haute-montagne, m'accompagnaient.
Quelques vaches, paissant à nos côtès, nous observaient.
La cable provenait d'un vieux télésiège. Il pouvait résister à une tension de quatres tonnes. Alain et moi avons une grande expérience des cordes, mais non des cables d'acier, et quand nous entendîmes un craquement, nous decidâmes que le cable était suffisament tendu.
le jour suivant, nous arrivions sur les bords du lac très tôt le matin. En montagne, le lever du soleil provoqe un souffle de vent. Nous pouvions travailler dans le court intervalle de temps séparant ces deux évenements, car la vibration du lac devait se faire dans une eau très calme.
En faisant chuter une lourde charge au centre du lac, je m'attendais au spectacle extraordinnaire du mouvement perpetuel, avec ces ondes circulaires qui nous parlent d'étérenité. le spectacle durerait peu, il existerait néanmoins.

Montage :